Janie Dussault, belle-soeur et amie de Mélanie

21 mars 2018

« À l’instant où j’ai ouvert la porte des soins palliatifs, le personnel s’est empressé de m’accueillir.

J’étais attendue, j’étais connue, le personnel connaissait Mélanie, son entourage, ses visiteurs, sa situation. L’atmosphère dans lequel je venais d’entrer différait complètement de celui qui règne dans les autres zones du centre hospitalier. Le meilleur mot pour décrire l’atmosphère et le sentiment qui m’habitait est : respect.

Mélanie était installée confortablement dans sa chambre, dans son fauteuil, devant son film préféré, buvant son breuvage préféré, mangeant son repas préféré. Du haut de ses 28 ans, Mélanie était sur la fin de sa vie, non pas sans avoir préalablement combattu contre la maladie.

Après quelques moments passés à ses côtés, le besoin de sortir de la chambre, reprendre mon souffle, monte d’un coup. Malgré le fait d’accepter la fatalité de la chose, perdre une amie, une belle-sœur, la mère de ma jeune filleule est très bouleversant. Dans l’aire commune, une bénévole s’approche tranquillement et me fait part de sa présence au besoin, me propose une tisane si besoin, d’accès à au frigo si besoin. Simplement, respectueusement

Alors que je vis des moments forts émotifs, l’équipe entière des soins palliatifs se met à notre disposition tout en demeurant complètement effacée. Dans cette aile bien particulière, les patients ne sont pas que les mourants. L’attention et l’aide parfaitement dosées porter aux proches des patients a rendu la difficile expérience d’accompagner Mélanie dans la mort sereine, simple. Les patients y sont traités en roi, en reine dans le maximum de confort pour leurs derniers jours, dernières heures. Mais les soins palliatifs ne s’arrêtent pas là. C’est tout l’entourage qui bénéficie de la grande compétence et de l’immense respect dont transpire le personnel de cette aile.

Les derniers jours de Mélanie ont été teintés de respect. Respect envers sa décision, envers ses volontés, envers notre deuil qui débutait, envers nos besoins, envers notre douleur. Son départ, qui était inévitable, s’est produit dans les meilleures conditions que l’on pouvait souhaiter pour elle, pour nous et ce grâce au personnel  exceptionnel et aux ressources mises en place pour rendre cet endroit indispensable aussi paisible, professionnel, calme et doux. »

Janie Dussault, belle-soeur et amie de Mélanie
Chantal Bonneville, Infirmière

Numéro d'enregistrement de l'organisme : 119000529-RR0001 Conception web par Lotus Marketing